Un virus: c'est quoi?

Le 26 octobre 1885, quand Louis Pasteur révéla devant l’Académie des Sciences la découverte de son vaccin contre la rage au cours d’une séance restée historique lui fut posée la question : quel est le germe de cette infection ?

Il fut incapable de répondre à cette question pour une bonne raison : cet agent infectieux était de si petite taille qu’il était invisible pour les microscopes de cette fin du XIXe siècle.

C’est Ambroise Paré, au XVIe siècle, qui dénomma « virus » ces microorganismes invisibles provoquant nombre de maladies mortelles à cette époque comme la variole ou la rage, le mot « virus » signifiant poison en latin.

Le mot virus signifie poison en latin.

Ce sont les progrès de la biologie moléculaire au début du XXe siècle et la découverte du microscope électronique qui ont permis de visualiser enfin ces microorganismes dont la taille infime relève du nanomètre (1 millionième de millimètre). 

Il n'est donc indispensable d'être massif, pour engendrer des réactions de notre système immunitaire.

Il est vrai que les virus ne sont pas des cellules proprement dites, à savoir des structures complexes comprenant un cytoplasme, un noyau, des mitochondries, des ribosomes … 

Rien de tout cela : un virus est EXCLUSIVEMENT composé d’un acide nucléique (soit de l’ADN, soit de l’ARN) enfermé dans une capside (coque de protéines).

C’est la raison pour laquelle ces « nucléocapsides » sont considérés par les biologistes comme des particules infectieuses à la frontière de l’inerte et du vivant. 

Alors Vivant ou pas Vivant?

Le débat reste ouvert, la majorité des virologues considérant que les virus ne sont pas des êtres vivants comme on l’entend, à savoir capables de se reproduire à l’instar des cellules constituant les hommes, les animaux et les végétaux. 

Les virus sont seulement capables de se dupliquer. Comme un model que l'on insère dans une photocopieuse, et qui est dupliqué, avec comme seule limite, l'action de notre système immunitaire individuel.

Et c'est quand ils sont en grand nombre, donc que l'on est bien infectés, qu'ils ont les plus grandes actions néfastes sur la vie de nos cellules et de nos organes.

Et dans tous les cas, pour diminuer le risque d’être infecté par un virus, il importe de stimuler nos défenses immunitaires personnelles.

Notre système immunitaire dispose de moyens d'action pour lutter contre les effets des virus.

Dans tous les cas, pour diminuer le risque d’être infecté par un virus, il importe de stimuler ses défenses immunitaires.

En empêchant un contact massif de notre organisme avec les virus: ce sont les geste barrière.

En stimulant l'ensemble des flores microbiennes qui "tapissent" les enveloppes de notre corps.

En renforçant l'efficacité de notre système immunitaire

La vaccination fait partie de cette dernière catégorie.

Et la consommation de BIO-IMMUN , en cure, permet de stimuler nos défenses immunitaires.

Produits associés

Partager ce contenu